Consultation à Montréal

17 juin 2016 - Centre Saint-Pierre

À Quebec pas beau coup de resources, Ligue des droits

  • Au bas de l'échelle
  • 40 ans d'existence
  • Représentation auprès des travailleurs non syndiqués
  • Deux façons
  • Ligne directe; permet d'identifier les besoins et de parler des recours. Ils ont des guides pour les plaintes. Ils encouragent les travailleurs à exercer leurs droits. Font des rencontres d'information pour gens qui déposent des plaintes. Séance de médiation avec l'employeur est offerte.
  • À chaque mois, choisissent dossiers qui méritent avis juridique et paient avocat, pour les aider à orienter leur dossier et à défendre leur cause. Par ex, Hans Marotte était leur avocat pendant longtemps.
  • Donnent des formations sur les normes, notamment pour les nouveaux arrivants qui ne connaissent pas leurs droits.
  • Mesures portent sur les agences de placement temporaire.
  • Se fait dans les classes de francisation.
  • Organisent des formations pour des intervenants. Par ex sur la loi sur les normes. Ont organisé un cadre de référence pour faciliter mis en place mesures de conciliation travail famille pour les organismes communautaires. Outils pour améliorer interventions des organismes communautaires.
  • Carole Henry est porté parole mais aussi fait service comme tout le monde. Souvent des dossiers de recherches sont menés à partir de rencontres faites avec les travailleuses et travailleurs.
  • Coordonnent le Front de défense des non syndiqués
  • 20-25 organisations communautaires, et aussi avec certaines centrales syndicales.
  • Salaire minimum à 15$ de l'heure
  • Travailleurs migrants

Travail précaire

  • Il y a des formes d'emplois qui ont changé. Le travail atypique est venu précariser les travailleurs et travailleuses.
  • C'est difficile d'exercer les droits pour les travailleurs atypiques. Exercer leurs recours auxquels en principe ils ont droit mais en pratique ça ne s'articule pas.
  • Le travail atypique est venu miner l'opportunité de se syndiquer
  • Travail atypique c'est une question d'insécurité d'emploi.
  • Toute la question des protections sociales est un gros problème. Pour beaucoup de travailleurs autonomes, au lieu que ce soit les employeurs et le gouvernement.qui assure protection sociale, c'est eu mêmes
  • Martine D'Amour et Jean Bernier ont fait une recherche sur la sécurisation de la trajectoire professionnelle. Ils ont fait une recherche sur flexicurité. Employeurs veulent flexibilité et travailleurs sécurité, mais c'est beaucoup plus flexibilité que sécurité qui ressort.
  • Ont préparé quelque chose sur besoins de sécurisation de trajectoire professionnelle.
  • Par exemple au niveau travailleurs précaires, au niveau de santé problèmes. Des fois assurance chômage des fois pas. Si bons contrats un peu d'argent de côté des fois non. Mais si maladie, se ramassent sur aide sociale.
  • Travailleurs autonomes portent tous les risques du travail.
  • De plus en plus de secteurs de travail, c'est un statut qui va de soit. On est à contrat déterminé. Même multimédia, on voit des choses attirantes pour les jeunes. Les jeunes travaillent sur des contrats où nombre d'heures est illimité parce que c'est le résultat qui compte.
  • Assurance emploi est un problème
  • La formation est un enjeu. Quand on travaille en entreprise et qu'il y a des changements technologiques, on est tenu à jour. Mais quand on est atypique, on n'a pas accès à la formation en entreprise. On voit des diplômes dans des domaines, mais ils n'arrivent pas à travailler dans leur domaine parce que la technologie a changé.
  • Les secteurs de soins ont des conditions de travail très pénibles. Dans les agences de placement, les jeunes les femmes et les personnes immigrantes sont très présentes. 81% des bureaux d'agence temporaire sont à Montréal. Les personnes immigrantes sont très susceptibles de passer par ces agences pour trouver du travail. Mais aucune règle n'a été mise en place encore.
  • Il y a un problème au niveau du droit. Les agences agissent comme paravent.
  • 11 fois plus d'accidents du travail sur les agences temporaires.
  • Directeur de la santé publique de Montréal va sortir un rapport en septembre sur les agences de service temporaire. Ils ont aussi travaillé sur la question des travailleurs migrants.
  • Pour ce qui est de la précarité, un des causes c'est l'agence de placement temporaire. L'industrie est en croissance depuis 20 ans. C'est l'intermédiaire entre chercheur d'emploi et l'employeur, mais un employeur qui veut pas d'employé.
  • Il y a des entreprises qui ont comme service d'embauche un service de placement. Exemple entrepôts de dollarama. C'est de l'exploitation de personnes payées en dessous du salaire minimum.
  • L'intérêt pour les agences de placement a commencé il y a une dizaine d'années et ça a commencé parce qu'ils recevaient des appels de travailleurs issus des agences.
  • Aux normes, ils doivent identifier qui est l'employeur.
  • Pour un travailleur d'agence d épouser jusqu'au bout c'est difficile parce qu'ils se trouvent peut-être sur des listes noires.
  • En droit, qu'on aie juste à changer statuts d'emplois et qu'on perde les droits, c'est problématique. Doit changer la loi sur la définition de l'employeur. Principe de coresponsabilite. Autre chose qui aiderait : interdiction de disparité de traitement sur le statut d'emploi. Ça voudrait dire que peu importe le statut d'emploi, si travaille en entreprise, mêmes conditions s'appliquent à toi qu'à tous les autres travailleurs. Ça affaiblirait recours à travail atypique. Demandent même une allocation de précarité. 10% de plus va au travailleur du fait qu'on l'embauche pas sur un statut de permanence.

Conditions de travail souples

  • Droit de demander des conditions de travail souples. Chaque personne aurait droit de demander des conditions de travail souples.
  • Le marché du travail et le rapport de force entre employeurs et salariés est tellement pas balance que si on se fait congédier pour une raison pas légitime peu importe motif, en théorie on est protégé par la loi. Si exerce recours, on se trouve en médiation et la réalité c'est que le travailleur va essayer d'avoir meilleur de la perte d'emploi. Si la loi protège plus accès à l'emploi et protection contre perte d'emploi, c'est problème.
  • Ce qui se transige dans les médiations d'est le droit du travail.

Document

  • Exemples des travailleurs les plus précaires
  • Partie sur agences de placement temporaire
  • Partie sur travail autonome
  • Partie sur travailleuses du soin
  • Programme chaque emploi service. Personnes ayant besoin de soins à domicile peuvent s'inscrire au programme de chèque emploi service.
  • Bénéficiaire reçoit argent pour nombre d'heures de soin qu'on attribue.
  • Bénéficiaire devient employeur.
  • Des bénéficiaire se sont mis ensemble pour revendiquer des droits.

Deuxième consultation à Montréal

 

  • Question de la jeunesse est préoccupation marquée
  • Placer la jeunesse dans structure d'emploi démontre al. situation des jeunes est précaire. Mais le marché d'emploi de Montréal est précaire. Secteurs d'activité mouvant. On parle de tourisme, innovation et monde artistique.
  • Il faut plusieurs emplois pour y arriver. Rôle d'éducation national énorme. Beaucoup d'étudiants viennent de partout au Québec. Gonflent le marché du travail étudiant. Peu de concordance entre formation professionnelle et formation universitaire des fois. On complète pas dans les entreprises cette formation.
  • Entendu qu'au Danemark le marché était très précaire. Modèle des relations de travail avec usines est complètement dépassé dans un marché ou on parle de contrat temporaire. La bas ils ont modifié le modèle de relations de travail. La bas obligé par la loi de payer. En tout temps précaire. Toujours syndicat. Comme si syndicat gérait as emploi. Les étudiants sont obligés de faire partie du syndicat. Toujours une institution derrière. Le syndicalisme est moins connu.
  • Modèle d'assurance emploi pas adapté au réseau dans lequel on est.
  • On voit de plus en plus que les entreprises du système privé sont maîtres de leur entreprise. Beau faire programmes d'insertion mais le dernier mot est toujours à l'entreprise.
  • Les gouvernements affirment pas valeurs collectives à prôner. On doit rehaussér salaire minimum. C'est pas vrai que les entreprises
  • Tribunal de la sécurité sociale est l'aspect le plus problématique. Dans tous les pays les jeunes sont aux premières lignes des changements au droit du travail.
  • La crise de 2008 s'est rabattue sur les jeunes
  • Problème est articulation avec protection sociale. C'est un élément clé parce que c'est ce qui permet d'empêcher de se remédier au modèle de proetection sociale.
  • Même au Danemark on assiste à une remise en cause de la protection sociale.
  • On ne peut pas aborder la question de la précarité sans aborder la question du tissu social. Le système d'aide sociale a été supprimé au Canada. La question de droit social s'effrite. Et la transformation du tribunal de la sécurité social à des impacts très très forts.
  • Et qui va. À l'aide sociale? La moitié c'est des gens qui vont parce que pas trouver d'emploi alors que assurance emploi est terminée.
  • Loi 70 au Québec, les nouveaux entrants à l'aide sociale devront accepter n'importe quel genre de job pour avoir chèque d'aide sociale.
  • Les nouveaux entrants sont majoritairement les jeunes, à l'aide sociale.
  • Mais autre élément. Études commencent à être faites sur la question de l'endettement étudiant et contribue à ce que les jeunes soient des travailleurs pauvres. Endettement étudiant est en train de monter au Québec de manière assez consistante.
  • On n'en est pas au niveau du Chili où il y a eu des endettements importants.
  • On dit aux jeunes; faites des études, mais de plus en plus de gens au salaire minimum sont diplômés. Les travailleurs pauvres ne sont plus les gens non qualifiés. Taux d'activité des femmes non diplômés chutent.
  • On dit aux jeunes de faire des études, mais prêts et bourses ne suivent pas. Salaires des parents ne suivent pas.
  • Rapport de la FEUQ sur sources et mode du financement des étudiants. Sorti en 2009. Parlait des revenus moyens des étudiants. Moitié est en bas de 7000. Rapport du MEQ sur accessibilité financière. Disait que en haut de 15h par semaine à un impact direct sur réussite scolaire des jeunes. Accès à aide financière est de plus en plus difficile. 25 puent (12k répondants) avaient accès à aidé financière. 40% des études ont accès à prêts et bourses. STATS à considérer.
  • Lien entre étude pendant travail.
  • Réagir à precarisation. Financement des situations des universités.
  • Augmentation des travailleurs au statut temporaire. On a. Segmentation. Qualifiés et non qualifié. (TTET). Base sur le salaire moyen des secteurs de travail. Majorité de travailleurs et travailleuses temporaires peuvent pas atteindre résidence permanente.
  • Question des agences. Contrôle total de la vie pour les travailleurs temporaires étrangers.
  • Le communautaire est en entente avec le gouvernement. MÊMES formation, mais paie est très différente.
  • Ce qui serait intéressant en santé ce serait l'exemplarité. On veut amener des maisons de convalescence. Pour entrer au clsc, tu veux un emploi d'entrée... Structure à l'intérieur des structures. Des fois le problème c'est le syndicat. Changement... Structure d'entrée basée à deux jours semaine.
  • On crée deux classes de gens. On laisse entendre que c'est normal.
  • Les agences de placement temporaires est un sujet qui est de plus en plus utilisé à Montréal.
  • Statut d'emploi au sein du gouvernement. Pas les mêmes bénéfices que les travailleurs qui sont la. Mais il avait des collègues embauches par une agence. Pourtant faisaient le même travail.

 

  • Étudiants qui ont des emplois dans leur milieu d'étude. Stages rémunérés ou pas. Mais c'est une occasion qui permet d'avoir de l'expérience. Si stage avec domaine d'étude qui est rémunéré permet de consacrer plus de temps aux études. Rémunération des stages pour les étudiants.
  • Rien n'est réglementé sur les stages. Dépend aussi des ordres professionnels. C'est un obstacle pour les milieux d'éducation. Comité consultatif jeune a été fait. Consultation à été finie aujourd'hui. 1300 jeunes ont répondu, surtout étudiants mais des jeunes professionnels aussi. La question des stages rémunérés ou non est quelque chose mis de l'avant au sein de différentes associations. Comité consultatif jeune est un comité sous le gouvernement du Québec. Comité découle de la commission des partenaires sur le marché du travail. Se questionnent beaucoup sur la question des stages.
  • Endettement étudiant touche beaucoup de gens. Ses deux parents ont eu des dettes d'étude. Quand on est étudiant est ce qu'on fait stage non rémunéré dans un domaine d'intérêt ou on fait un emploi rémunéré qui intéresse pas beaucoup.
  • Par rapport aux travailleurs immigrants - notion dans le public que c'est des voleurs de jobs. Tout le discours des syndicats, la question c'est toujours 'combien rentrent'. La question de l'accès est manque l'élément important sur la précarité de l'emploi au Canada. La vraie question c'est comment on les traite quand ils débarquent ici.
  • Le traitement du travailleur migrant est pas assez discuté dans l'espace public.
  • Façon de contrer les abus, c'est de voir comment on le forme le travailleur par rapport à comment fonctionne le marché du travail ici. Il faut aider les gens qui viennent ici et les former sur comment ça fonctionne ici.
  • La question des TTET est très importante. Le travail forcé. Est-ce que ces termes seront nommés, curieuse.
  • Jugement rendu dernièrement sur cas de travailleurs en agriculture qui ont eu gain de cause. Elle peut nous donner les références pour trouver le jugement. On pourrait le distribuer.
  • Aide sociale et question des jeunes (et question loi 70). Au Québec, on peut pas toucher aide sociale si étudiant à temps plein. Mais complètement contradictoire avec projet de loi 70. Réglementation des autres provinces?
  • Distinction aussi avec le niveau de scolarité. Si possibilité de rejoindre prêts et bourses ne peut pas toucher aide sociale. Mais gens au secondaire sont admissibles a l'aide sociale.
  • La loi 70 est surveillée par les CJE. Ils essaient d'influencer pour ne pas qu'il y ait de pénalités.
  • Carole Y
  • Action possible au niveau fédéral - Présentement on autorise gens qui travaille et et font même travail, un sur agence de placement et autre employé permanent, on accepte qu'ils aient un salaire différent.
  • Les écarts s'accroissent ; quand travailleur agence on fait 48% du salaire sur contrat atypique... On considère qu'à travail égal on n'est pas payé pareil.
  • Question du travail précaire. Filière du travail précaire dans quel personnes immigrantes se retrouvent met doigt sur réticence de vraiment vivre une société mixte.
  • Il y a un refus de faire la mixité. Pas si il y en a trop mais est-ce qu'ils ont les bonnes conditions. La volonté d'intégrer et de vivre une mixité pleine et entière est pas si clair que ça.

 

Image: husseinabdallah / flickr / Creative Commons


Read the Call to Action Watch the forum Add your support

get updates